Un nouveau regard sur le cerveau de l’enfant

Un nouveau regard sur le cerveau de l’enfant

pouruneenfanceheureuse-vivreenharmoniealecoleMERCI à Catherine Gueguen, qui nous partage son experience de pédiatre, ses rechercher et études sur les dernières découvertes sur le cerveau, son fonctionnement et son développement depuis la vie intra-utérine.

Ce livre a bouleversé ma vision de l’enfant… tout comme la Communication Non Violente a bouleversée ma vision de la relation à moi même et aux autres.

QUE NOUS DISENT LES NEUROSCIENCES AFFECTIVES?

Aujourd’hui il est possible de démontrer scientifiquement combien toute relation et expérience affective dès le plus jeune âge a des effets profonds sur le développement affectif et intellectuel du cerveau!

Ces recherches menées par nombreux neurologues ont débuté par les découvertes de Antonio Damasio (Los Angeles) en 1995. C’est tout récent. Et en France c’est grâce à Catherine Gueguen que l’on commence à savoir que les gènes et l’environnement influencent et modifient le bon développement du cerveau. Oui oui, l’environnement social et affectif agit directement sur le cerveau affectif et cognitif!

UN NOUVEAU REGARD SUR L’ENFANT…

Un des point qui m’a le plus marquée est qu’un enfant est un être en construction. Son cerveau est fragile, malléable et immature. La dernière partie du cerveau à se former est le cortex orbito-frontal qui régule les comportements émotionnels et sociaux et qui arrive à sa pleine maturité autour des 25 ans!!!

…ET SES COMPORTEMENTS

Cela veut dire qu’un enfant en pleine colère ou en pleur ne peut pas s’apaiser seul. Son cerveau n’est pas encore formé pour contrôler ses émotions et ne peut pas faire autrement que de crier, taper, pleurer. Il est incapable de prendre du recul et encore pire, plus on le laisse seul plus son cerveau va sécréter les molécules du stress. Et oui, car l’amygdale cérébrale (responsable de la sécrétion des molécules du stress) par contre elle, et bien elle est mature dès la naissance!

Vous me suivez? Tout stress et peurs provoqués chez l’enfant sont néfastes pour son cerveau. Car il est incapable de les gérer à cause de l’immaturité du cortex-préfrontal.

Sous stress l’amygdale cérébrale est activée et produit des molécules du stress qui sollicitent le cerveau à produire une trop grande quantité de cortisol. Et vous savez ce que ça provoque? Le ralentissement de la multiplication des neurones et pire leur destruction!

SOUS STRESS ON APPREND PAS!

Sous stress nous le savons bien nous les adultes, on n’apprend pas, on n’est pas bien… et cela vaut encore plus pour les enfants.

QUELLES SONT LES CAUSES DU STRESS CHEZ L’ENFANT?

La pression, l’humiliation, le déni, toute violence physique et verbale, la compétition sont des causes de stress chez l’enfant. La compétition crée du stress, la comparaison, les jugements… oh que la liste est longue.

Mon intention n’est pas de culpabiliser. Profitons de ces merveilleuses découvertes pour pouvoir prendre conscience de ce qui nous limite. Apprenons que tout comportement violent a des conséquences néfastes sur nos enfants. C’est un cercle vicieux. Un enfant qui est en colère et qui ne peut pas s’exprimer, il se défoulera sur soi ou sur quelqu’un d’autre et ainsi de suite. On peut se demander:

Comment arrêter cette spirale infernale et activer un cercle vertueux?

Catherine Gueguen nous apprend que sa passe par la bienveillance, l’empathie, l’écoute, le maternage, le jeu. Quand on n’a pas reçu ce type d’éducation, ce n’est pas perdu. On est toujours à temps pour l’apprendre. La Communication Non Violente est un outil très puissant, la méditation aussi. Apprendre à se dire, à écouter soi-même et  l’autre sans jugement ça s’apprend.

Beaucoup de personnes comme Catherine Gueguen, Catherine Schmider (interviewé par radioCNV de Diane Baran) et d’autres acteurs pour un renouveau de l’éducation sont en train de travailler pour que la communication bienveillante soit une matière apprise à l’école. Nous aimerions voir déjà tout cela appliqué… et en même temps ça demande du temps.

Je suis très confiante sur l’évolution de l’école comme lieu d’épanouissement et de plaisir d’apprendre. Cela se construit… se co-construit… alors si vous y croyez…

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » (Gandhi).

Pin It on Pinterest